À propos de cette Maladie


Algoneurodystrophie

DEFINITION

 

L’algoneurodystrophie est un syndrome douloureux régional, associé souvent à des signes vasomoteurs et trophiques, touchant les structures sous-cutanées, périarticulaires et osseuses, souvent distale. Cette affection est, le plus souvent, secondaire à un traumatisme. L’évolution est spontanément favorable, mais peut être très prolongée (6 à 24 mois).

ÉTIOLOGIE – EPIDEMIOLOGIE

 

On retrouve un facteur étiologique dans 60 % des cas.

Traumatismes

 

Ils sont à l’origine de 50 % des algodystrophies. Il n’y a pas de relation avec la sévérité du traumatisme, un traumatisme initial minime peut passer inaperçu. Le délai entre traumatisme et algodystrophie est variable : quelques jours à quelques semaines. Circonstances : chirurgie, fracture, entorse ou luxation des membres, rééducation active douloureuse qui peut entraîner ou aggraver une algodystrophie.

Causes non traumatiques

 

Neurologiques :

 

hémiplégie, hémorragie méningée, traumatisme crânien, tumeur cérébrale ; plus rarement atteinte du système nerveux périphérique (sciatique, névralgie, zona). Viscérales : infarctus du myocarde et syndrome épaule-main (10 à 20 %), chirurgie thoracique et tumeurs intrathoraciques, phlébite, arthrites aiguës, tumeurs (notamment mammaire).

Causes médicamenteuses :

 

Le « rhumatisme gardénalique » correspond à un syndrome épaule-main bilatéral ou beaucoup plus rarement une atteinte des membres inférieurs. L’évolution est favorable avec ou sans arrêt des barbituriques. Les traitements anti-tuberculeux : l’isoniazide (Rimifon) : syndrome algodystrophique des membres supérieurs dans les premiers mois du traitement avec parfois une atteinte pluri-focale. L’iode radioactif est également responsable d’algoneurodystrophie.

Grossesse :

 

L’algodystrophie de la hanche complique parfois (rarement) le dernier trimestre de la grossesse. Le diagnostic différentiel d’une douleur de hanche de la grossesse est l’ostéonécrose aseptique de la tête fémorale et exceptionnellement la fracture du col fémoral compliquant une ostéoporose de la grossesse.

Causes métaboliques :

 

Un diabète, une hypertriglycéridémie ou une hypothyroïdie pourraient favoriser l’apparition d’une algodystrophie, en particulier une capsulite de l’épaule.

Formes « essentielles »

 

Elles correspondent à 20 % des algodystrophies. Il existe souvent un terrain anxiodépressif et émotif, mais le rôle de ce terrain ne doit pas être surestimé.

Et aussi : http://www.rhumato.info/cours-revues2/89-arthrite-juvenile-idiopathique/1868-arthrite-juvenile-idiopathique

 


Journée spéciale pour faire connaitre cette maladie :

Arthrite juvénile idiopathique, algodystrophie et algoneurodystrophie.


Crédit photos et bouquets de fleurs : Tendantiel décoration (cliquez ici …)